Au Canada comme chez soi

Que pourriez-vous faire pour vous sentir chez vous au Canada? Chaque personne s’adapte en fonction de sa personnalité, mais il est utile de comprendre ce qu’est le choc culturel et ses manifestations. Il est également important de se sentir en sécurité et de créer des liens avec les personnes qui vous entourent. La qualité de votre expérience au Canada dépendra des personnes qui vous entourent et de ce que vous partagerez avec elles.

Cette section porte sur la sécurité personnelle, le mal du pays et ses remèdes et sur la manière de créer des liens avec autrui.

Votre sécurité personnelle

Le Canada est l’un des pays les plus paisibles de la planète. C’est également l’un des plus sécuritaires. Selon l’indice mondial de la paix (Global Peace Index), produit par l’Institute for Economics and Peace, le Canada se classe systématiquement dans les premiers rangs des pays examinés du point de vue de la paix et de la sécurité[1].

Toutefois, au Canada, il faut quand même adopter les mêmes règles de sécurité qu’ailleurs dans le monde. Voici quelques conseils pour assurer votre sécurité :

Inscrivez-vous à votre ambassade ou consulat. Nous vous suggérons d’indiquer à l’ambassade ou au consulat de votre pays que vous habitez au Canada. En cas d’accident ou d’urgence, les autorités canadiennes sauront à qui s’adresser.

Connaissez votre environnement et les coordonnées des services d’aide. Les collèges et les universités recrutent des agents de sécurité pour assurer la sécurité des étudiants. Ces services peuvent comprendre des voitures de patrouille, une ligne téléphonique accessible 24 h sur 24 et des kiosques bien éclairés équipés d’une ligne directe avec le bureau de la sécurité. En cas d’urgence, il faut composer le 9-1-1 pour appeler la police, les pompiers ou une ambulance.

Votre sécurité sur le campus. Écoutez votre instinct et éloignez-vous de situations qui vous mettent mal à l’aise, par exemple, vous retrouver dans un laboratoire le soir, avec un parfait inconnu. Certains collèges et universités offrent un service de raccompagnement à la maison. Pour assurer votre sécurité, des étudiants qualifiés vous raccompagnent chez vous ou ailleurs.

Votre sécurité à la maison. Rencontrez vos voisins. Quand vous louez un logement, traitez directement avec le propriétaire et ne payez votre loyer qu’à celui-ci. Demandez un reçu comme preuve de paiement. Ne laissez pas entrer dans l’immeuble des personnes que vous ne connaissez pas. Si on sonne à votre porte et que vous n’attendez personne – technicien, livreur ou vendeur – demandez à l’inconnu de s’adresser au concierge de l’immeuble. Votre porte doit être verrouillée, même quand vous êtes chez vous.

Votre sécurité dans la rue. Méfiez-vous des étrangers, comme vous le feriez ailleurs dans le monde. Le soir, marchez dans des rues achalandées et bien éclairées. Dans la mesure du possible, déplacez-vous avec un ami et évitez les endroits isolés comme les parcs et les ruelles. Le taux de criminalité est peut-être plus élevé dans certains quartiers. Renseignez-vous pour savoir quel est le meilleur itinéraire pour vous rendre à destination en toute sécurité.

Comprendre l’alcool et ses conséquences. Certains étudiants boivent de l’alcool. Si c’est votre cas, soyez conscient de vos limites. Pour éviter que quelqu’un ne mette de la drogue dans votre verre, ne le laissez pas sans surveillance dans un bar ou lors d’une soirée. Au Canada, l’alcool au volant est un crime passible de prison ou du retrait de permis. Également, ne montez pas en auto avec une personne qui a trop bu d’alcool (ou qui a consommé de la drogue).

Votre sécurité à vélo. Dans certaines provinces canadiennes, le port du casque est obligatoire pour les enfants et les adultes. Si vous vous déplacez à vélo la nuit, portez des vêtements réfléchissants et assurez-vous que votre bicyclette est munie de feux avant et arrière. Les cyclistes doivent rouler sur la route ou sur une piste cyclable et ils doivent suivre le code de la route, comme les conducteurs de voiture.

Votre sécurité en autobus, en train et en taxi. Familiarisez-vous avec l’itinéraire et l’horaire de l’autobus avant de quitter la maison. Ne faites pas de l’auto-stop. Quand il est tard et qu’il fait noir, la meilleure solution est d’avoir recours à des services vous permettant de partager une course, comme Uber et Lyft. Les taxis canadiens sont dotés de compteurs affichant le prix de la course. De nombreux services de transport public ont adopté des mesures de sécurité (par exemple, l’installation de téléphones à certaines stations) et offrent une aide spéciale aux personnes voyageant seules la nuit.

Visiter le Canada en toute sécurité. Ne laissez pas vos bagages ou autres effets sans surveillance dans les aéroports ou les gares de train ou d’autobus. Si vous décidez de faire de la randonnée, de l’escalade ou du vélo en solitaire dans un endroit plus reculé du pays, dites à quelqu’un où vous allez et à quel moment vous reviendrez. Si l’aventure vous mène jusqu’à un parc national ou provincial, consignez votre nom dans le registre du gardien du parc, au centre d’information.

Composer avec le mal du pays

Il est tout à fait normal d’éprouver une certaine tristesse en pensant à votre pays quand vous êtes un étudiant international. Votre famille et vos amis vous manquent, ou encore vous vous languissez de tout ce que vous connaissez, vos plats préférés, votre mode de vie, vos habitudes et votre maison. C’est ce qu’on appelle « le mal du pays ». Cela fait partie du choc culturel avec lequel un étudiant international doit composer. Vous vous adapterez mieux à votre nouvelle vie au Canada si vous comprenez cet état et si vous savez comment y réagir.

Quels sont les symptômes du mal du pays? Vous pourriez avoir de la difficulté à vous concentrer en classe ou à terminer vos travaux. Certains aspects du Canada vous donneront envie de rentrer chez vous :

  • Est-ce que l’hiver a une fin?
  • Pourquoi est-ce que tout le monde est si occupé?
  • Pourquoi ai-je de la difficulté à me faire des amis?

Conseils pour surmonter le mal du pays

  • Passez du temps avec des amis et confiez-leur vos sentiments. De nombreux étudiants internationaux affirment que leurs amis deviennent leur famille quand ils sont à l’étranger.
  • Organisez des appels vidéo avec les membres de votre famille. Vous serez heureux de voir leurs visages. Votre rythme de vie est peut-être effréné sur le campus, alors ménagez-vous du temps pour ces appels. Obligez-vous à rester en contact avec eux dans les bons comme dans les mauvais moments.
  • Cuisinez des plats typiques de votre pays. Régalez vos amis canadiens en leur préparant un repas composé de vos ingrédients favoris. Vous pourriez même cuisiner avec d’autres étudiants originaires de votre pays. 
  • Sur le campus, faites partie d’équipes sportives, de clubs étudiants ou participez à d’autres activités. Allez aux événements destinés aux étudiants internationaux, vous pourrez ainsi élargir votre cercle d’amis. Vous pourrez échanger avec d’autres étudiants internationaux au sujet du mal du pays. Ils vous comprendront et cela vous apaisera.
  • Faites connaissance avec des étudiants canadiens. Ils pourraient vous inviter chez eux pendant les jours fériés ou à faire des visites avec leur famille. Ils pourraient vous aider à comprendre la culture canadienne.

Riez des travers de la culture canadienne, c’est tout aussi important que de comprendre l’étiquette de votre nouveau pays.

Si vous trouvez que vous ne riez plus depuis un moment et que le mal du pays prend le dessus, communiquez avec le centre de santé ou de counseling se trouvant sur le campus. Un psychothérapeute pourrait vous donner le soutien dont vous avez besoin pour vous sentir mieux.

Créer des liens

La plupart des étudiants internationaux trouvent qu’il est plus facile de s’adapter à leur nouvelle vie au Canada s’ils créent des liens. Votre expérience d’étudiant international n’en sera que plus positive. De la même manière qu’il faut rester en contact avec la famille et les amis restés au pays, il faut créer des liens avec les personnes que vous rencontrez sur le campus, au travail ou dans votre nouvelle collectivité.

Conseils pour créer des liens

  • Faites-vous des amis Canadiens et étrangers. Vous pourrez ainsi tirer le meilleur parti de votre expérience et vous bénéficierez de différents points de vue.
  • Participez aux activités organisées sur le campus. Inscrivez-vous à un club, faites du sport au centre sportif, travaillez avec d’autres personnes, assistez à des concerts ou des pièces de théâtre, et passez du temps dans le salon étudiant.
  • Joignez-vous à une association étudiante sur le campus. Vous y rencontrerez des étudiants de votre pays et d’ailleurs dans le monde avec lesquels vous aurez beaucoup de choses en commun. Ils pourront aussi vous aider à vous y retrouver dans votre nouvelle vie au Canada.
  • Parlez à des camarades de classe avant ou après les cours. Vous avez déjà un cours en commun. Pourquoi ne pas faire connaissance avec eux et peut-être trouver un nouveau partenaire d’études?
  • Utilisez les médias sociaux pour élargir votre cercle d’amis. Choisissez la plateforme que vous préférez pour rencontrer de nouvelles personnes, organiser des rencontres, communiquer avec des camarades de classe, prévoir une période d’études ou une réunion d’équipe.

[1] Institute for Economics and Peace, Global Peace Index (PDF), 2018, (anglais seulement).