Étudier au Canada

Un monde de possibilités vous attend

Commencez

ÉduCanada

Prêt pour l’aventure d’une vie? Commencez dès aujourd’hui! Découvrez le milieu scolaire du Canada, trouvez des écoles et demandez des bourses d’études. ÉduCanada est la source officielle du gouvernement du Canada pour des informations sur les études au Canada pour les étudiants et les chercheurs internationaux.

Trouver des bourses d'études

Trouvez des bourses pour étudier et faire des recherches au Canada. Les Canadiens peuvent également trouver des bourses pour étudier à l'étranger.

Travailler pendant les études

Vous voulez travailler pendant vos études? La plupart des étudiants internationaux sont autorisés à travailler jusqu'à 20 heures par semaine.

Permis d’études et visas

La plupart des étudiants internationaux ont besoin d’un permis d’études pour étudier au Canada. Découvrez comment faire une demande.

COVID-19 - renseignements

L’information la plus récente du gouvernement du Canada pour les étudiants internationaux sur les mesures frontalières, les permis d’études et plus encore.

Pourquoi le Canada

Voyez pourquoi des études dans nos établissements de grande qualité seront pour vous l'expérience d'une vie et un bon investissement.

Trouver des programmes et des coûts

Vous connaissez vos intérêts et vos objectifs de carrière? Cherchez parmi les programmes, collèges et universités et trouvez leur coût.

Planifiez vos études

Trouvez tout ce que vous devez savoir sur le milieu scolaire au Canada et les logements pour étudiants, trouvez une liste de vérification avant votre départ pour le Canada, et bien plus encore.

Vivre et travailler

Découvrez ce dont vous aurez besoin pour vivre et travailler au Canada à titre d’étudiant international.

5 étapes pour étudier au Canada

Que vous étudiiez en personne ou en ligne, voici les cinq étapes à suivre pour étudier au Canada.

Votre pays

Choisissez votre pays pour trouver des informations personnalisées sur les études au Canada.

Histoires d’étudiants

 

Yannick

De la Côte d’Ivoire à Edmundston, Canada

Mary

Des Philippines et Dubaï à Halifax, Canada

Marwa

De l'Égypte à Calgary, Canada

 

Vidéo en vedette

⇅ Transcription

Peter Walsh, Cofondateur et codirecteur général du CEA

Peter Walsh : Vancouver est aujourd’hui le plus grand centre d’animation et d’effets visuels au monde. Et ce niveau de croissance a créé une énorme demande. Nous devons former les étudiants pour qu’ils soient capables d’être immédiatement opérationnels. 

Diwakar Gandhi, Cofondateur et codirecteur général du CEA

Diwakar Gandhi : Nous avons remarqué qu’un grand nombre d’établissements postsecondaires publics ne s’intéressaient vraiment pas à l’animation, aux effets visuels, au développement de jeux ou encore au cinéma. 

Tyler Weiss, Vice-président, Initiatives stratégiques, Producteur, effets visuels : Le Trône de Fer, Les Animaux fantastiques

Tyler Weiss : En tant que producteur, j’embauchais des gens pour nos émissions – soit pour de grands films. Beaucoup d’étudiants postulaient. Or, je ne les considérais pas tout à fait prêts à être embauchés. 

Université polytechnique Kwantlen, En collaboration avec le Centre for Entertainment Arts, Centre for Entertainment Arts, Le campus du Collège Bow Valley

Diwakar Gandhi : C’est à ce moment-là que nous avons fondé le Centre for Entertainment Arts et que nous avons commencé à travailler avec les établissements postsecondaires publics. Nous avons deux partenaires ici au Canada, soit l’Université polytechnique Kwantlen ici même à Vancouver, et le Collège Bow Valley à Calgary. 

Peter Walsh : Nous faisons appel à des experts de l’industrie dans un environnement de style studio. 

Thomas Schelesny, Directeur principal du développement mondial, Deux fois lauréat d’un Emmy, Effets visuels : Le Trône de Fer

Thomas Schelesny : Je peux sortir directement de mon bureau et entrer dans une salle de classe et, au lieu de leur parler de théorie sur la réalisation de films, je peux leur dire : « Voici ce qui s’est passé aujourd’hui. » 

Peter Walsh : Nous offrons à l’étudiant la possibilité de travailler jusqu’à 20 heures par semaine chez un partenaire de l’industrie. Nous avons pu obtenir des taux d’embauche de 95 % ou plus pour les diplômés, et souvent, avant même qu’ils n’obtiennent leur diplôme. 

Monica Fruzzetti Amaro, Diplômée en animation 3D, Mexique

Monica Fruzzetti Amaro : Il faut travailler fort — il faut tout y mettre pour sa bande-annonce — complètement. Mais ils vous aident à réussir en vous montrant comment vous exprimer et en vous préparant pour les entrevues.

Dr David Burns, Vice-président associé, Enseignement à KPU

Dr. David Burns : Le travail sur le portfolio est très pratique dans tous les domaines. Les étudiants vont donc constituer leur corpus de travail au fur et à mesure et être prêts à travailler le jour même où ils seront diplômés. 

Tyler Weiss : Deux étudiants du CEA font présentement partie de mon équipe et nous sommes tous sur un appel à 9 h du matin pour discuter d’une importante émission de télévision. 

Thomas Schelesny : Non seulement j’ai donné des cours à des étudiants du CEA, mais deux d’entre eux travaillent maintenant dans nos installations avec moi sur mon projet actuel. 

Dr. David Burns : Nous lançons un programme sur les fondements des arts du spectacle — c’est un certificat — et trois diplômes, dont un en développement avancé de jeux vidéo, un en animation 3D et modélisation 3D avancées, et enfin, un en effets visuels avancés (production virtuelle). 

Atalay Kalem, Étudiant en animation 3D, Turquie

Atalay Kalem : Au cours de notre première session, le but est de tout connaître et de comprendre comment tout fonctionne; par la suite, nous sommes alors en mesure de choisir le domaine d’expertise dans lequel se spécialiser.

Alvaro Ivan Romero, Diplômé en animation 3D, Colombie

Alvaro Ivan Romero : En animation 3D, vous êtes plutôt un marionnettiste. Vous avez ce personnage en 3D et vous devez le faire bouger, et vous devez lui donner vie. 

Monica Fruzzetti Amaro : Il suffit de prendre les commandes pour créer les mimiques faciales, synchroniser les lèvres des personnages, leur donner vie, les faire ressembler à une vraie personne qui a des pensées et qui peut réfléchir.

Gabriel De Lima Capato, Étudiant en animation 3D avancée, Brésil

Gabriel De Lima Capato : Je pense que c’est très électrisant de pouvoir toucher le cœur des gens grâce à quelque chose que j’ai créé. Si j’avais choisi de rester au Brésil et de vouloir poursuivre une carrière dans l’art, je n’aurais pas eu autant de succès.

Alvaro Ivan Romero : Nous pouvons rencontrer les personnes qui ont travaillé dans les films que nous admirons. Ils sont la crème de la crème. 

Atalay Kalem : C’était un de mes rêves d’enfance. 

Diwakar Gandhi : Nous avons ce qu’on appelle un programme d’initiative de travail étudiant qui leur permet d’œuvrer au sein de l’industrie tout en poursuivant leurs études. À la fin du programme, ils obtiennent également un emploi à temps plein. 

Ivo Van Der Marel, Vice-président, Éducation | Développement de jeu

Ivo Van Der Marel : Les partenaires avec lesquels nous travaillons sont des studios à Vancouver comme Electronic Arts qui travaillent sur Need for Speed, et présentement sur FIFA, Kabam (mieux connu pour travailler sur tous les jeux mobiles de Marvel), et également BlackBerry Interactive. 

Goldy Theola Permadi, Étudiante en effets visuels avancés, Indonésie

Goldy Theola Permadi : J’ai choisi le Canada parce que je sais que les gens ici sont vraiment gentils et polis. 

Monica Fruzzetti Amaro : Je me souviens qu’à chaque fois que nous allions luncher, on entendait parler beaucoup de langues différentes au même endroit… espagnol, français, hindi. 

Peter Walsh : L’industrie du divertissement est actuellement très intéressante pour les étudiants internationaux. Ils peuvent demander un permis de travail postdiplôme d’une durée maximale de trois ans. Ainsi, lorsque nos étudiants obtiennent leur diplôme, ils peuvent rester au Canada, travailler et répondre aux besoins de ces studios. 

Stuart McIlmoyle, Directeur général

Stuart McIlmoyle : Et éventuellement, s’ils souhaitent obtenir leur résidence permanente et émigrer, le processus est très clair et transparente. J’ai été agréablement surpris d’apprendre que beaucoup d’étudiants – dans la trentaine ou la quarantaine – avec une expérience de travail avaient quitté des emplois importants. 

Melissa Best, Vice-présidente Éducation | Animation et effets visuels

Melissa Best : On a eu des étudiants qui étaient des avocats, qui travaillaient dans le milieu médical, et qui pendant 15 ans avaient œuvré dans un tout autre secteur, dans un autre pays, et dont l’ambition avait toujours été de vouloir faire quelque chose comme ça.

Ivo Van Der Marel : Ce que vous trouvez ici, c’est un groupe d’instructeurs incroyablement passionnés qui sont là parce qu’ils aiment vraiment ce qu’ils font et qu’ils veulent vraiment partager cela avec la prochaine génération de développeurs de jeux. 

Monica Fruzzetti Amaro : Lancez-vous sans hésiter.  

Goldy Theola Permadi : Carrément, foncez. Tous veulent vous voir réussir dans tout ce que vous faites. 

Gabriel De Lima Capato : Si c’est ce que vous voulez, alors n’hésitez pas. Allez au CEA car ils vous aideront. 

Stuart McIlmoyle : Si c’est quelque chose qui vous passionne, nous sommes là pour vous aider. Nous voulons nous assurer que chaque étudiant réussisse. C’est pour cela que nous sommes ici. 

Alvaro Ivan Romero : Nous faisons de l’art… et pour le reste du monde, c’est de la magie. 


Technologies numériques : le Centre for Entertainment Arts

Vous pouvez avoir une carrière florissante dans le domaine des arts du spectacle au Canada. Le Centre for Entertainment Arts (CEA) offre une formation de pointe en animation, en développement de jeux et en effets visuels. Regardez la vidéo pour en savoir plus sur le CEA.